Vers la fin du chauffage au mazout en Belgique ?

09 mars 2020

Vers la fin du chauffage au mazout en Belgique ?

Le pacte énergétique interfédéral énonce les grandes lignes de l’avenir de la politique Belge en matière d’énergie et de climat jusqu’en 2050. Au travers de ce pacte, nos responsables politiques entendent respecter la promesse faite par notre pays lors du sommet climatique de Paris en 2015 et réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de contrer les effets du réchauffement climatique. En 2017, le chauffage résidentiel représentait 13,3% de ces gaz à effet de serre émis en Belgique, c’est pourquoi le gouvernement a décidé de cibler celui-ci.

Afin de respecter l’accord de Paris, le gouvernement fédéral a décidé une interdiction de la vente de chaudières à mazout à partir de 2035 sur tout le territoire de la Belgique mais on ne parle pas encore d’interdiction de son utilisation. Le mazout en tant que source d’énergie n’est pas amené pour le moment à disparaitre.

•  En Flandre

24% du parc immobilier flamand est chauffé via une chaudière au mazout. Afin d’accélérer le remplacement de ces appareils, le ministre de l’énergie Bart Tommelein a décidé une interdiction à deux vitesses: en 2021 pour les nouvelles constructions et les rénovations lourdes avec permis de construire; en 2035 pour les habitations existantes.

•  A Bruxelles

Seulement 16% des logements sont chauffés au mazout, c’est dans cette région que la transition sera la plus aisée. Bruxelles songe à une prime accessible entre 2021 et 2025 pour la désinstallation d’un système à mazout.

•  La Wallonie

C'est la région la plus impactée par cette loi avec près de 50% des ménages qui se chauffent au mazout. Cela s’explique par le fait que beaucoup de maisons ne sont pas connectées au gaz. Vu la complexité de la situation, le gouvernement songe à proposer des aides, voir à faire des exceptions pour les zones les plus reculées.

L’utilisation restera toutefois autorisée

En effet, si la vente de ces appareils sera interdite, son utilisation, elle, ne le sera pas. Or avec 35% des logements chauffés au mazout en Belgique, il sera prématuré d’enterrer cette technologie.

Une chaudière à mazout moderne possède une durée de vie de minimum 15 ans. Par conséquent, un grand nombre de chaudières pourront toujours être utilisées après 2035 et cela jusqu’à leur fin de vie, qui peut atteindre 25 ans.

•  Prime Energie « chauffage » à Bruxelles.

2020 verra une augmentation des montants des primes pour le remplacement d’une chaudière. Remplacer une ancienne chaudière par une nouvelle installation de classe énergétique A garantit des économies considérables et il est désormais possible de retoucher jusqu’à 1200€ à l’achat d’une nouvelle chaudière de ce type. La demande de Prime peut être introduite en tant que particulier, collectivité, copropriété, locataire, etc. La catégorie de demandeur, qui détermine les montants remboursés, est définie par les revenus annuels.

La facture énergétique moyenne des ménages bruxellois s’élève à 1400€/an, dont 60% sont consacrés au chauffage. Un logement bien isolé combiné à un système de chauffage performant permettent donc à long terme de réaliser des économies substantielles.

Conclusion

Si l’interdiction du chauffage au mazout sera effective en 2035 en Belgique, il demeure quand même de nombreuses inconnues que le gouvernement et les régions doivent régler. De plus, dans certains cas, très peu de solutions autres que le mazout sont économiquement possibles. En définitive le chauffage au mazout n’a pas encore dit son dernier mot.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies qui nous permettent notamment de mesurer l’audience de notre site et de vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d’intérêt.